MARGUERITE DURAS, DES JOURNÉES ENTIÈRES EN INDOCHINE

MARGUERITE DURAS, DES JOURNÉES ENTIÈRES EN INDOCHINE

Une évocation poétique de la relation entre l’oeuvre de Marguerite Duras (1914-1996) dont L’Amant
et les lieux de son enfance
et de sa genèse créatrice dans l’Indochine coloniale (Vietnam et Cambodge).

S Y N O P S I S

«Je crois parfois que toute mon écriture naît de là, entre les rizières, les forêts, la solitude.» Marguerite Duras.

 Marguerite Duras (1914-1996), née à Saigon, a passé son enfance et son adolescence dans le Vietnam et le Cambodge actuels,
alors sous administration coloniale française. Elle a été profondément imprégnée par ce territoire tropical et mystérieux,
«une patrie d’eaux». Son oeuvre dont Un barrage contre le Pacifique (1950), India Song (1975),
L’Amant (prix Goncourt 1984) plonge ses racines dans cette expérience unique.

Bercé par cette petite musique durassienne, j’ai tenté de capter les fragments d’un univers mélancolique se diluant dans la vastitude du fleuve
et des rizières et les labyrinthes des villes. Une immersion lente, en douceur, un peu hors du temps sous les ciels de mousson.
A l’instar de ses romans et de ses films, j’ai souhaité suggérer un voyage en état de flottement, naviguant entre un passé qui remonte à la surface
et un présent qui s’enfuit. Entre littérature et photographie, une dialectique s’installe, susceptible de nous emmener vers d’autres horizons fictionnels.

Les photographies ont été réalisées à l’occasion de la commémoration de centenaire de sa naissance en 2014.

.

F I C H E   T E C H N I Q U E

EXPO 1 : 35 photographies couleur C-Print – format 3 en 100×100 cm et 32 en 80×80 cm – caisse américaine en aluminium noir
cartels pour chaque photo – cartels pour citations de Duras – carte de l’Indochine  – accrochage grâce à la caisse américaine – emballage deux par deux dans papier bulle

EXPO 2 :  24 photographies couleur jet d’encre –  format 40×40 cm – papier fine art – sous verre dans cadre en chêne 50×50 cm
accrochage avec une attache au dos – emballage dans deux caisses en bois avec poignées

V I S I T E   C O M M E N T  É E

« Sur les traces de Marguerite, dans le Vietnam et le Cambodge d’aujourd’hui. »


 – Expositions à  la Villa Montebello, Trouville-sur-Mer, au Festival Les Photographiques, Le Mans et à la Galerie Hegoa, Paris –

2.141018BE021 1.141018BE026 5.150308BEN017 4.150308BEN011 3.150307BE003 6.140403BE011 7.140403BE010 8.140403BE008

E D I T I O N

Marguerite Duras, des journées entières en Indochine, Edition Point de vues, 60 pages, 21×21 cm, 34 photographies et texte, préface d’Alain Vircondelet, 2014

Préface d’Alain Vircondelet, écrivain, biographe de Marguerite Duras (extrait) :
Aller sur les pas de Duras, c’est en quelque sorte photographier l’irreprésentable, c’est-à-dire le désir, la moiteur des corps et des climats, l’humidité,
la sérénité souveraine des étendues d’eaux comme un signe du Royaume.
Eric Bénard photographie l’Indochine toujours recommencée, éternelle et mystérieuse, porteuse des signes les plus originels : l’eau, partout, souveraine,
les terres qui cèdent sous elle,et la précarité d’exil de ceux qui les traversent.  Son album n’appartient pas au reportage convenu,
mais bien plutôt à ce qu’on pourrait appeler «  une remontée spirituelle  ».

Duras livre couv-page-001a
Télécharger le PDF du Catalogue (extrait)

C O N T A C T

Eric Bénard – www.ericbenard.com 
contact@ericbenard.com – +33(0)6 60 69 43 23 –  facebook_logo

.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer